19 façons de garder votre bébé ou votre tout-petit heureux pendant les changements de couche

La plupart des petits passent par des phases où ils résistent aux changements de couches. À onze mois, votre enfant est assez grand pour vouloir être davantage maître de son corps et de son temps. Il ne veut pas qu’un adulte vienne le chercher et le déshabille alors qu’il est occupé à quelque chose.

Donc, à moins que vous n’ayez le rare enfant qui n’est pas à l’aise avec des couches mouillées, il n’a aucune raison de vouloir changer de couche. Comment pouvez-vous le faire participer à cette tâche nécessaire, mais souvent pas amusante pour l’un comme pour l’autre ?

Souvent, le simple fait de ralentir et de se connecter change tout. Parfois, donner le contrôle à l’enfant est la clé pour éviter une lutte de pouvoir. Souvent, le fait de ne pas interrompre son jeu résout le problème en répondant à ses besoins ainsi qu’aux vôtres. Et parfois, vous serez probablement amené à recourir à la distraction. Voici donc une liste d’idées à essayer, dont la plupart fonctionneront parfois, ou pendant un certain temps. Vous trouverez peut-être de bonnes combinaisons qui vous conviennent. Je vous suggère d’imprimer cette liste et de la compléter au fur et à mesure que vous trouvez des solutions qui fonctionnent pour vous et votre enfant.

1. Ralentissez.

Si vous considérez ce moment comme une occasion de vous rapprocher de votre enfant et de l’apprécier, il est plus probable qu’il apprécie ce rapprochement et coopère donc au changement de couche. Si vous vous précipitez pour changer la couche comme si c’était quelque chose de désagréable, il réagira comme s’il était retenu et soumis à quelque chose de désagréable. Ce qu’est, en effet, un changement de couche, quand on se précipite. Imaginez qu’on touche les parties intimes de votre corps de cette manière brusque et précipitée.

2. Soyez plus présent.

Il est suggéré que notre capacité à rester présent et conscient lors d’un changement de couche montre à nos enfants comment ils peuvent garder les pieds sur terre face à leur propre malaise. Il est nécessaire de faire preuve de compassion et d’ouverture d’esprit lors du changement de couche, plutôt que de le faire à la hâte. En fait, on appelle cela la « pratique du changement de couche en pleine conscience ». (Et vous pensiez que vous n’aviez plus le temps pour les pratiques de pleine conscience !)

3. Communiquez avec lui.

Les enfants sont toujours plus susceptibles de coopérer avec nous si nous établissons d’abord un lien. Respirez profondément. Mettez-vous au niveau de votre enfant et connectez-vous. Commentez ce qu’il fait. Ensuite, faites-lui remarquer que sa couche est mouillée. Demandez-lui s’il l’a remarqué. Cela lui donne l’occasion de prendre conscience de son corps. (C’est une bonne base pour l’apprentissage éventuel de la propreté.) Il a également l’impression, puisque vous avez établi un lien, que vous êtes de son côté. Vous ne vous contentez pas de le bousculer, ce qui, bien sûr, le ferait se sentir résistant.

4. Accordez-lui un peu de respect.

Il est enseigné que même si les bébés ne peuvent pas comprendre nos paroles, ils sentent la différence lorsqu’ils sont traités avec respect. Ainsi, dès leur plus jeune âge, au lieu de les prendre dans vos bras, avancez lentement et expliquez-leur ce qui se passe. Le langage réceptif a environ un an d’avance sur le langage expressif, de sorte que votre enfant comprend déjà beaucoup plus que vous ne le pensez. Et même les petits bébés comprennent le ton de votre voix. Si vous faites cela dès la naissance de votre bébé, il s’habituera mieux au changement de couche et n’opposera pas une telle résistance.

5. Donnez-lui un certain contrôle et le choix.

Demandez toujours : « Prêt pour un changement de couche ? » S’il refuse, dites-lui : « Ta couche est mouillée. Veux-tu la changer maintenant ou dans trois minutes ? 3 minutes ? Ok, on est d’accord ! »

6. Faites-le rire.

Le rire réduit les hormones de stress et augmente les hormones de liaison. Ainsi, faire rire votre enfant pendant dix minutes est toujours une bonne stratégie lorsque vous savez que vous aurez besoin de coopération. Avant de commencer le changement de couche, commencez à faire des chatouilles votre enfant de manière à le faire hurler de rire. Poursuivez-le dans toute la maison, soyez complètement stupide. Au bout de dix minutes, faites en sorte que le changement de couche fasse partie du plaisir.

7. Aidez-le à faire la transition

…en prenant un objet qui l’intéresse et en le prenant avec vous. Par exemple : « Conduisons le camion jusqu’à la table à langer ! »

8. Ne l’obligez pas à bouger.

Si vous le pouvez, utilisez une table à langer portable et changez-la là où il joue, afin qu’il y ait moins d’interruption de ce qu’elle est en train de faire.

9. N’interrompez pas son jeu.

Le jeu est le travail de votre bébé. Naturellement, il ne veut pas être interrompu. Pourquoi ne pas changer ses couches debout, si elles sont juste mouillées ? Cela réduira le nombre de fois où il faudra lui demander de s’allonger, et il sera donc plus enclin à coopérer lorsqu’il sera absolument nécessaire de le changer. Comme il n’est peut-être pas encore tout à fait stable, choisissez un jouet qu’il aime et mettez-le sur le canapé, et mettez-le debout contre le canapé. Je sais que c’est plus difficile que de s’allonger, mais si vous vous entraînez, vous y arriverez.

10. Invitez-le à une « fête ».

La plupart des enfants ne peuvent pas résister à une fête. Attrapez le tambour, faites une ligne de conga, chantez et dansez jusqu’à la chambre : « Je vais changer cette couche sur tes fesses » ou « Le bonheur est une couche propre » ou n’importe quelle chanson qui la fasse bouger.

11. Laissez-le marcher.

Beaucoup d’enfants refusent d’être emmenés pour être changés, mais si vous en faites une fête et qu’il danse dans sa chambre à côté de vous pour célébrer, il participe activement au projet et ne se sent pas bousculé.

12. Commencez par changer les couches de sa poupée ou de son ours en peluche.

Laissez-le vous aider. Faites preuve d’admiration envers Nounours pendant qu’il change sa couche. Puis dites : « À ton tour ! Es-tu prête comme Nounours ? »

13. Demandez-lui de l’aide.

Faites équipe avec votre enfant pour accomplir la tâche. Par exemple, peut-être aimerait-il enlever sa propre couche ? Les enfants adorent maîtriser de nouvelles compétences. Dites-lui ce que vous faites à chaque étape et faites-le participer, par exemple,

« Je vais t’essuyer maintenant – veux-tu tenir les lingettes ? »

Demandez-lui de mettre ses pieds à plat et de soulever ses fesses pour que vous puissiez glisser la couche sous lui, s’il ne veut pas le faire, dites

« Ok, je vais soulever tes fesses maintenant pour mettre la couche sous toi ».

14. Faites preuve d’empathie :

« Est-ce que ça fait froid sur tes fesses ? » Lorsque votre enfant s’énerve, essayez de ne pas réagir. Au contraire, adoucissez et restez compatissant. Ainsi, il saura qu’il ne s’agit pas d’une urgence, que vous comprenez et que vous veillez à ses intérêts.

15. Faites-en quelque chose d’attendu avec impatience.

Lorsque vous devez absolument lui demander de s’allonger pour le changer, par exemple en cas de couche sale, préparez un panier de jouets auquel il n’aura accès que pendant que vous changez sa couche. Vous pouvez même faire des folies et trouver de très petits cadeaux que vous enveloppez dans du papier journal et que vous mettez dans le panier. À chaque changement de couche, il en choisit un. Quels types de cadeaux ? Des choses que vous avez à la maison, ou que vous lui auriez acheté de toute façon : Des cuillères à mesurer en plastique ou un entonnoir, des petits livres de société, des petites figurines, un bloc avec la lettre A dessus, un rouleau de scotch de couleur, un téléphone portable cassé, un gobelet en plastique, du Labelo, des bibelots colorés d’Ikea, de la pâte à modeler avec un presse-ail en plastique pour qu’il puisse faire des « nouilles », une marionnette, une petite lampe de poche, des petits jouets à remonter, des autocollants, un miroir incassable, vous voyez le genre. Vous pouvez même remballer des objets qu’il a laissés traîner et dont il a oublié l’existence.

16. Dépersonnalisez la situation.

Si cela ressemble à une lutte de pouvoir, dépersonnalisez la situation en réglant l’alarme sur trois minutes. Dites-lui :

« Quand l’alarme sonne, il est trois minutes et c’est l’heure de changer ta couche, ok ? »

Lorsque l’alarme sonne, dites-lui : « Oh, écoute, voilà l’alarme, ça fait trois minutes — C’est l’heure de changer ta couche ! » Puis aidez-la à faire la transition en utilisant l’une des autres idées de cette liste.

17. Offrez un divertissement en direct.

Si votre enfant s’agite, essayez de lui chanter très doucement. Il arrêtera généralement de s’agiter pour vous écouter. Chantez, dansez, embrassez son ventre, soufflez dans son cou, faites autant de grimaces et de bruits stupides que possible. Entre-temps, changez sa couche aussi discrètement que possible.

18. Gardez un cd qui contient une histoire intéressante prêt à être écouté pendant que vous le changez.

Elle pourrait même en venir à attendre avec impatience le prochain épisode.

19. Laissez-le décorer.

Gardez une réserve d’autocollants, de gommettes près de la table à langer. À chaque changement de couche, laissez-le en choisir un qu’il aura le droit de mettre sur le mur à côté de la table à langer.

Le plus important de tous ? Ne transformez pas le changement de couche en une bataille. Aucun petit être ne devrait être régulièrement maintenu au sol pendant qu’on lui enlève ses vêtements. Ce n’est pas une bonne base pour apprendre le consentement en grandissant. Et vraiment, les luttes de pouvoir concernant le corps d’une autre personne ne sont pas des luttes de pouvoir que vous pouvez gagner.

Il n’y a pas d’approche unique qui fonctionne toujours, vous devrez donc mélanger et être prêt à essayer différentes choses. Mais gardez votre sens de l’humour et rappelez-vous que cela passera. Il suffira d’un clin d’œil pour que vous vous retrouviez à essayer de faire prendre son bain à votre enfant de cinq ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *