Conseils pour stimuler votre lactation

 

L’allaitement maternel est une aventure dont la courbe d’apprentissage est plus longue que ce que beaucoup de jeunes mères imaginent. Alors que les futures maman passent 40 semaines à planifier, préparer et rechercher des lits d’enfant, des moniteurs pour bébés, des sièges d’auto et des poussettes, celles qui prévoient d’allaiter ne réfléchissent peut-être pas assez à la façon d’allaiter. Nombreuses sont celles qui pensent que le processus sera naturel – après tout, elles ont déjà naturellement ce qui es nécessaire et l’évolution a déjà fait des millions d’années de travail pour nous ! Certaines mères peuvent donc trouver que le processus de recherche est peu stimulant. Mais la réalité pour de nombreuses mères est un défi inattendu et parfois une frustration en même temps que les joies de l’allaitement.

L’allaitement maternel : À quoi s’attendre dans les premiers jours

À l’accouchement à terme, les seins de la mère produisent déjà du colostrum (aussi appelé « premier lait maternel »). Le colostrum peut sembler clair ou de couleur dorée. Il est beaucoup plus épais que le lait maternel ordinaire et peut être collant. Le volume du colostrum est nettement plus faible que celui du lait maternel normal, de sorte qu’une nouvelle mère peut ne pas ressentir de plénitude dans ses seins juste après l’accouchement. C’est comme un lait maternel surpuissant, car il est fortement enrichi en anticorps pour protéger le nouveau-né pendant ses premiers jours. La production de colostrum durera les deux à cinq premiers jours après l’accouchement, puis le lait maternel se développera ou « entrera ».

Comment augmenter la lactation ?

Les mères qui allaitent se rendront bientôt compte que les seins sont des systèmes complexes et réactifs. En plus d’avoir du lait prêt pour les tétées régulières des bébés, de nombreuses femmes trouvent que leurs seins réagissent à des stimuli physiques, auditifs et émotionnels. Certaines mères ont même des montées de lait lorsqu’elles entendent leur bébé pleurer.

Augmenter sa lactation à l’aide d’un tire-lait ?

Une certaine façon d’augmenter la production de lait maternel est de tirer le lait entre les tétées. Les glandes mammaires réagissent en fonction de l’offre et de la demande, de sorte que lorsqu’un bébé tète souvent, ses seins produisent plus de lait. De même, si le bébé a moins faim que d’habitude ou s’il attend plus longtemps entre les tétées, la production de lait maternel peut diminuer. Pour favoriser l’augmentation de la production de lait, les mères qui allaitent peuvent ajouter une « séance d’expression », (15 minutes sur chaque sein à l’aide d’un tire-lait) environ dix minutes après l’allaitement. Cela signalera aux seins qu’il faut plus de lait et la production devrait augmenter après environ 2 à 3 jours de séances de tirage continues après l’allaitement. Pour accélérer ce processus, les mères peuvent envisager des soutiens-gorge de pompage mains libres pour pomper les deux seins à la fois, puis stocker au réfrigérateur ceci dans des sachets de conservation de lait maternel, le papa pourra alors donner un coup de main pour un prochain repas de bébé.

Activités qui augmentent la production de lait maternel

Tout en essayant d’augmenter la production de lait maternel, les mères doivent se reposer autant que possible et essayer de rester calmes, car le stress peut avoir un impact négatif sur la production de lait. Investissez dans l’un des meilleurs coussins d’allaitement pour vous aider à rester confortablement et convenablement positionnée pendant les longues tétées. De plus, en restant bien hydratée et bien nourrie, vous pourrez produire de bonnes quantités de lait.

Notez également que des moments de partage peau à peau avec votre bébé avant et après les tétées permettent de stimuler l’ocytocine, qui est l’hormone qui favorise l’écoulement de votre lait.

Activités qui diminuent la production de lait maternel

Certains médicaments, y compris certains médicaments en vente libre contre les allergies et le rhume, peuvent avoir un impact négatif sur la lactation. Les choix de vie (passé), notamment une consommation modérée à forte d’alcool et le tabagisme, peuvent également diminuer la production lactée. En outre, les mères qui consomment trop peu de calories peuvent voir leur volume de lait diminuer. L’apport calorique quotidien recommandé pour les femmes qui allaitent comprend 330 à 400 calories supplémentaires par jour pour soutenir l’énergie et la production de lait.

Reposez-vous autant que possible, essayez de réduire votre stress, limitez très fortement votre consommation d’alcool et de tabac, et veillez à inclure 330 à 400 calories supplémentaires par jour pour soutenir l’énergie et la production de lait.

Aliments et compléments alimentaires pour augmenter la production de lait maternel

Les galactagogues ou aliments et compléments lactogènes sont censés stimuler la production de lait chez les mères qui allaitent. Voici une liste de certains des aliments et compléments les plus reconnus qui peuvent être ajoutés au régime alimentaire normal d’une mère pour favoriser une plus grande production de lait.

Aliments

  • Les flocons d’avoine, ou porridge sont presque incontestés pour leurs propriétés stimulantes pour le lait. En plus de ses avantages lactogéniques, l’avoine est riche en fibres pour la santé du cœur et de la digestion. Si un bol de porridge ne semble pas appétissant, les mères peuvent envisager d’ajouter des flocons d’avoine à d’autres aliments, comme le granola, le yaourt et même des aliments savoureux comme la viande, pour en faire une panure.
  • Les carottes : Elles peuvent être consommées crues et croquantes ou cuites à la vapeur et molles. Les carottes favorisent une production de lait maternel saine tout en aidant les mères à maintenir l’apport en bêta-carotène pendant l’allaitement. Comme les vitamines sont transmises de la mère au bébé par l’allaitement, les mères qui allaitent et qui ont un bon taux de vitamine A peuvent favoriser la santé oculaire et le développement de la vision de leur bébé.
  • Les légumes à feuilles vertes foncées : Les légumes tels que le chou vert et les épinards sont riches en fer et en calcium, ce qui est précieux pour les mères qui allaitent et qui essaient de maintenir et d’augmenter leur santé et leur production de lait.
  • Les pois chiches : Les pois chiches, riches en protéines (ou haricots garbanzo) sont une bonne source d’acide folique pour les mères qui allaitent. De plus, ils offrent les calories supplémentaires et saines nécessaires pour soutenir la production de lait.
  • La papaye verte : La papaye verte (non mûre) « contient des enzymes, des vitamines et des minéraux, y compris des vitamines A, B, C et E », qui soutiennent la production de lait. La papaye verte est un choix lactogène traditionnel en Asie, et on la trouve dans les salades et dans de nombreux plats thaïlandais.
  • Le riz brun : Comme les flocons d’avoine, le riz brun est une excellente source de fibres. En outre, les phyto-nutriments présents dans le riz brun se transforment en entérolactone, dont des études ont montré qu’elle soutenait considérablement la santé et le fonctionnement des seins chez les femmes.
  • Les asperges : Selon une étude sur les galactagogues à base de plantes publiée dans le World Journal of Pharmaceutical and Life Sciences, la racine d’asperge en poudre mélangée à du lait chaud et du miel favorise une augmentation de la production de lait chez les mères qui allaitent ainsi qu’un poids santé pour les mères et les bébés allaités.
  • Le saumon : Pendant la grossesse, les mères limitent leur consommation de fruits de mer en raison des préoccupations liées à la teneur en mercure. Ces inquiétudes demeurent pendant l’allaitement, car des traces de mercure peuvent passer dans le lait maternel. Cependant, le poisson, en particulier le saumon, présente des avantages considérables pour la santé, notamment les acides gras oméga-3, qui favorisent la production de lait maternel et la santé du bébé. Les mères qui allaitent devraient donc envisager d’ajouter du saumon (en quantité limitée) à leur alimentation, tout en regardant à la méthode d’élevage du saumon, préférez donc du saumon bio.
  • Les amandes : Les amandes, qui sont riches en vitamines offrent des protéines saines dans un en-cas rapide et portable. En plus de favoriser l’allaitement, la consommation de noix peut en fait réduire le risque d’allergies et de sensibilités alimentaires chez les bébés allaités dont les mères consomment des noix ou des produits à base de noix.
  • La luzerne : La luzerne, en tant que galactagogue, est généralement consommée en combinaison avec le fenugrec, et on a constaté qu’elle avait un léger impact sur l’augmentation de la production de lait maternel.

Autres aliments

  • Le fenugrec : Le fenugrec est probablement l’ingrédient le plus populaire dans de nombreuses tisanes d’allaitement. Il peut également être pris sous forme de graines infusées ou de capsules.
  • Le fenouil : Les graines de fenouil peuvent être consommées crues, dans du thé ou sous forme de capsules en poudre. Leur goût est similaire à celui de l’anis ou de la réglisse noire. Certaines mères qui allaitent appliquent également une huile de fenouil topique pour stimuler la production de lait.
  • L’orge : L’orge est utilisée comme arôme alimentaire et comme complément d’hydratation pour stimuler la production de lait maternel.
  • Le gingembre : Le gingembre soutient la santé du système immunitaire et stimule la production de lait. Le gingembre est le plus souvent utilisé comme épice moulue, dans un thé ou sous forme de capsules. Cependant, les mères doivent être prudentes avec le gingembre non cuit si elles ont fait face à une perte de sang importante pendant l’accouchement, car la consommation de gingembre cru peut accélérer le risque d’hémorragie chez les mères qui allaitent.
  • L’ail : L’ail est reconnu depuis longtemps pour ses propriétés stimulantes pour le lait maternel. En outre, il a démontré que l’impact de l’ail sur le lait maternel encourage également les bébés à têter plus longtemps et plus vigoureusement.

Mises en garde sur l’alimentation de l’allaitement maternel

Comme pour tous les choix alimentaires, les mères qui allaitent doivent maintenir une alimentation équilibrée lorsqu’elles envisagent l’ajout de galactagogues dans leur nourriture de tous les jours. Les mères doivent examiner attentivement les conséquences d’une consommation excessive d’un aliment ou d’un complément, et déterminer si un aliment ou un complément particulier peut contrecarrer les besoins actuels en matière de régime alimentaire et de médicaments. N’hésitez pas à échanger à ce propos avec votre sage-femme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *